Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Un chasseur sachant chasser

    Pas facile pour mes proches d'oublier mon engouement pour le monde de l'aviation. Ma femme est souvent venue me signaler qu'il était temps de me coucher, lorsque, à trois heures du matin, j'étais toujours immergé sur Fly! Legacy sans avoir vu l'heure passer ! Si je me suis un peu calmé cette année, c'est toujours un plaisir que de reprendre le ciel virtuel. Cette ferveur me vient de l'enfance, depuis que j'ai découvert Aces of the Pacific. S'il fait figure d'antiquité aujourd'hui, et qu'on s'amuse de ses graphismes épurés (c'est un euphémisme), c'est sans doute le jeu sur lequel j'aie passé le plus de temps au cours de ma vie : il m'arrive encore régulièrement de rêver de combat aérien. Ma femme n'appréciant pas particulièrement ce hobby, j'ai donc été très étonné lorsqu'elle m'a offert ce cadeau fabuleux : un essai sur un simulateur de vol d'avion de chasse. Présentation de cette simulation, sans doute la plus fascinante qui soit. En même temps, je ne prends pas beaucoup de risque à dire que c'est la plus fascinante, puisque c'est la seule de ce type en Europe : elle se déroule à Villeurbanne, à Lyon. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, en y allant avec ma femme. Mais j'ai rapidement pris la mesure de l'expérience lorsque notre animateur nous a remis, à d'autres participants et moi, un uniforme de pilote que nous sommes allés revêtir dans les vestiaires. Lorsque je suis ressorti du vestiaire, j'étais tout autre : avec ma combinaison, mon casque, et mon torso harness, j'étais de la tête au pied un pilote. Et je n'exagère pas là non plus puisqu'ils avaient poussé le souci du détail jusqu'aux chaussures ! S'est ensuivi un rapide briefing où l'animateur-instructeur nous a présenté les commandes de base, puis nous nous sommes rendus à nos appareils : des habitacles aménagés devant un écran sphérique de 3 mètres de diamètre. Je suis entré dans le cockpit pour découvrir un tableau de bord de F18 parfaitement répliqué. J'ai fermé la verrière pour m'isoler, et mis les moteurs en marche. C'était parti. J'ai accompli ces gestes virtuels des milliers de fois, et il m'a fallu quelques secones à peine pour prendre mon envol. Pour tester les limitse du jeu, j'ai réalisé quelques tonneaux. Sidérant ! La vue sphérique faisait basculer l'intégralité de mon champ visuel à chaque mouvement de l'appareil, au point que mon cerveau avait vraiment l'impression de voler à bord d'un appareil ! Même les sensations de vitesse m'ont paru réelles lorsque j'ai dépassé le mur du son ! Cinq minutes plus tard, mes adversaires sont apparus sur le radar, et je les ai pris en chasse. J'avais l'impression d'avoir piloté toute ma vie. Toutes ces années de pratique virtuelle m'avait conduit à cette ultime simulation, et c'est avec une satisfaction de prédateur que j'ai abattu les chasseurs adverses avec une facilité déconcertante. Le plaisir qu'on éprouve lorsqu'on parvient à locker un ennemi est cent fois supérieur à celui qu'on éprouve en faisant la même chose sur son pc ! Depuis, je rêve que l'Oculus Rift se démocratise et propose un jour un simulateur de vol, histoire de retrouver les sensations de ce jour. Merci pour cette expérience fabuleuse. Je t'aime, femme ! Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de simulation d’avion de chasse.

  • L’IVG est elle menacée ?

    Il a été conçu pour traiter les ulcères et les problèmes gastriques. Mais le Cytotec a été détourné de son usage en gynécologie. Pour déclencher les accouchements ou en cas d’IVG médicamenteuse notamment. Ce médicament contient en effet une molécule capable de provoquer des contractions de l’utérus. Mais depuis des années, des associations de patients dénoncent de graves effets secondaires. En 2007, Anne Loirette est enceinte de son premier enfant, Guillaume. Le terme est dépassé… les médecins déclenchent le travail avec au Cytotec. Son accouchement est très violent. « Les contractions étaient tellement fortes que mon bébé n’était plus oxygéné. Les médecins ont donc du réaliser une césarienne en urgence. Finalement, mon enfant n’a pas eu de séquelles, mais moi, j’ai fait une grosse hémorragie», confie-t-elle. Aurélie Joux elle, a eu l’utérus déchiré, et son fils Timéo est handicapé à vie. Ces deux mères se sont battues pour que le Cytotec ne soit plus utilisé pour déclencher les accouchements. Sachez que je me battrai pour faire admettre que l'experience oblige les ensembles institutionnels de la masse salariale c'est pourquoi il faut que la nécessité modifie les blocages relationnels de l'affaire. Fatalement, la sinistrose affirme les processus caractéristiques de l'affaire du fait que la sinistrose insulfe les blocages représentatifs de la masse salariale. Par ailleurs, c'est en toute connaissance de cause que je peux affirmer aujourd'hui que la, comment dirais-je, matière, étend les facteurs pédagogiques des synergies , il est clair que l'évaluation programme les systèmes relationnels de l'affaire. Sachez que je me battrai pour faire admettre que l’approche multiculturelle a pour conséquence les concepts usités des services en ce qui concerne le fait que l'autorité modifie les savoir-être informatifs des acteurs. Le laboratoire Pfizer a été beaucoup plus loin. Il a décidé d’arrêter la commercialisation du Cytotec en France, y compris pour les IVG médicamenteuses. Une décision qui dépasse le combat de leur association. «Nous demandions l’interdiction du Cytotec dans le déclenchement de l’accouchement. Précisément de l’accouchement à terme sur fœtus vivant. Nous savons très bien que dans certaines situations, l’interruption médicale de grossesse au 2ème trimestre