Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Samsung, leader du smartphone

    Le groupe sud-coréen Samsung est redevenu le premier fabricant mondial de smartphones au premier trimestre 2017. Devant l'américain Apple, mais sous la pression des Chinois. Petit à petit, les affaires rentrent dans l'ordre pour Samsung. Les difficultés rencontrées par le rappel mondial de sa phablette Galaxy Note 7 et un nouveau record des ventes d'iPhone durant les fêtes de fin d'année avaient permis à Apple de prendre temporairement la place de numéro un au dernier trimestre 2016. Mais sur les trois premiers mois de 2017, Samsung a repris la tête en écoulant 79,2 millions de smartphones, s'adjugeant ainsi 22,8% du marché, d'après le cabinet de recherche IDC. Apple émarge pour sa part à 14,9% avec des ventes d'iPhone estimées à 51,6 millions. Les deux leaders du marché ont toutefois vu leurs ventes stagner comparé à un an plus tôt, tandis que les trois fabricants chinois qui se partagent le reste du top 5 affichent des bonds de plus de 20%. Le chinois Huawei confirme notamment sa troisième place mondiale avec 34,2 millions de smartphones vendus, soit une part de marché de 9,8%, suivi par ses compatriotes OPPO et Vivo avec respectivement 7,4% et 5,2% du marché. Toutes marques confondues, les ventes mondiales de smartphones ressortent en petite hausse de 4,3% sur un an, à 347,4 millions d'exemplaires. "De grandes annonces de produits phare, avec le P10 de Huawei et le Galaxy S8 de Samsung, montrent que l'innovation est toujours possible" sur le marché, souligne Ryan Reith, un analyste d'IDC cité dans le communiqué. Les observateurs ont aussi beaucoup d'espoirs pour le prochain modèle d'iPhone, dans lequel Apple devrait mettre le paquet pour marquer le dixième anniversaire du célèbre appareil. Le cabinet estime néanmoins qu'une poignée de fabricants chinois restent "le plus important catalyseur" de croissance, et dit s'attendre à ce que cette dernière provienne surtout à l'avenir de modèles plus abordables.

  • Périple sondagier à Cannes

    C'est un beau jour pour l'Europe. Les Pays-Bas ont montré une nouvelle fois qu'ils avaient à coeur de défendre la démocratie, et le parti de Mark Rutte a finalement conservé une nette avance sur M. Wilders. Cette élection était capitale, car selon certains, elle devait indiquer la température quant à la progression de l'extrême-droite dans l'Union européenne. Et les résultats sont plutôt rassurants. Sauf qu'il est important de les comprendre pour ce qu'ils sont vraiment. Dernièrement, je me suis rendu à Cannes à l'occasion d'un incentive, et cette progression de l'extrémisme en Europe a fait l'objet d'une discussion assez passionnée. Nombre de mes collègues présumaient qu'on ne pouvait rien faire pour arrêter le processus de droitisation. Vu les élections américaines, il leur paraissait inéluctable que cette influence se développe un peu partout. Mais je ne partage pas leur avis : selon moi, le couplet populiste peut se restreindre aux américains et aux anglais, et être encore brisé en Europe. Les élections hollandaises sont passionnantes, car elles disent une nouvelle fois l'incompétence des sondages à discerner dans quelle direction vont aller les événements. Ces derniers pronostiquaient en effet au parti d'extrême-droite un score qu'il n'a jamais vu ariver ! Toutefois, en conclure que ces sondages n'ont plus d'utilité serait à mes yeux manquer un point capital : les pronostics qu'ils ont donnés ont bouleversé les résultats de l'élection ; ils ont incité les électeurs à se déplacer massivement. Les sondages ne se réduisent pas à un baromètre, à mes yeux. La science a prouvé que dans l'univers quantique, le seul fait de mesurer un élément perturbe sa conduite. C'est identique pour la politique : les sondages ont tendance à perturber les suffrages. C'est pour ça que les sondages sont incapables de prévoir l'issue d'une élection : leurs prédictions ont tendance à réveiller la conscience des votants qui n'aiment pas ce qu'on leur annonce, et à les décider à voter. Les sondages ne prédisent donc plus mais ont plus que jamais une importance ! Quoi qu'il en soit, cet incentive à Cannes était topissime. Si vous n'avez jamais eu l'occasion d'y aller, vous devriez. Je vous mets en lien le site de l'agence à laquelle nous avons fait appel, si vous voulez vous faire votre propre opinion.